samedi 14 mai 2016

Cookies à la farine de banane et au chocolat // musée de la banane en Martinique

Chacun de nos voyages est l'occasion de découvertes culinaires et nous ramenons toujours de quoi prolonger les vacances : quelques produits phares pour prendre de nouvelles habitudes tout au long de l'année ou quelques spécialités à faire déguster à nos proches autour d'un bon repas.

Au retour de Martinique, nos valises sentaient bon les épices : noix de muscade, bois d'inde, mélanges pour grillades, graines à roussir et vanille. Mais il y avait surtout de la banane sous toutes ses formes : bananes séchées, gâteau, pâte, confiture, chips, etc. Je ne vous refais pas le laïus de la banane - my BFF -, mais pour faire bref, j'ai à peu près tout goûté et/ou acheté.
Dans le lot il y avait de la farine de banane! Je n'ai pas l'impression qu'elle soit si couramment utilisée sur place, ce n'est d'ailleurs pas si facile à trouver : un seul fabricant à ma connaissance et les recettes ne courent pas les rues. Qu'à cela ne tienne, test obligatoire!


La farine de banane est fine, légèrement beige. Sans recette spécifique sous la main, j'ai pris celle des cookies de Bob, et ai remplacé toute la farine de blé par de la farine de banane ce qui marche à merveille : ce n'est pas plus sec, même peut-être plus moelleux et cela donne un bon goût de banane.

Ingrédients (pour 15 à 20 cookies selon leur taille) :

ingrédients liquides :
  • 125 g de beurre mou
  • 65 g de sucre en poudre
  • 65 g de sucre brun
  • 1 pincées de sel
  • 1 œuf
ingrédients secs :
  • 200 g de farine de banane
  • 1 pincée de bicarbonate de soude
  • 100 g de chocolat en morceaux
Mélanger à l'aide d'une fourchette le beurre et les sucres jusqu'à ce que ce soit bien crémeux. Ajouter le sel et l'œuf. Mélanger de nouveau.
Dans un autre saladier, réunir tous les ingrédients secs et les verser dans la première préparation. Amalgamer le tout rapidement à l'aide des mains et former une boule. Vous verrez qu'en utilisant cette farine, la pâte à cookies est très sombre. La placer au réfrigérateur, minimum une heure.

Préchauffer le four à 205°C.

Former des boules de pâtes et les déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Enfourner pour une douzaine de minutes jusqu'à ce que les cookies commencent à colorer encore un peu plus.


En attendant que les cookies refroidissent, je vous propose une petite balade au musée de la Banane de Sainte-Marie : plein de panneaux explicatifs pour tout savoir sur la banane puis surtout une sympathique déambulation entre des dizaines de variétés de bananiers : des régimes et des bananes de toutes les tailles, des fleurs mastocs et ce vert si tendre des feuilles...


Vous connaissiez la farine de banane? Avez-vous des recettes? Je suis preneuse pour faire de nouveaux essais car j'ai encore un petit stock qui patiente dans le placard!

Plus de photos de banane et de Martinique par ici.

vendredi 6 mai 2016

Martinique : carte postale gourmande

Pas de doute, s'évader au soleil en pleine période de froid, c'est top! C'est ce que nous avons fait l'année dernière en partant pour un beau séjour aux Antilles pendant l'hiver. Si cette année nous avons fait l'inverse en choisissant le Grand Nord, c'est si grisant qu'on remettrait bien ça plus souvent!
Petite Anse; Grande Anse; Anses-d'Arlet

Pour ce voyage en famille, cap sur la Martinique. D'aucun pense que les îles c'est seulement farniente, soleil, plage, bronzette, je dis ERREUR! La Martinique c'est évidemment des plages de dingues, mais aussi un paradis pour la plongée : pas une minute de bronzette sur le paréo et des heures à scruter les fonds marins simplement munis d'un masque et d'un tuba. C'est une île parfaite pour la randonnée avec des paysages variés, et nombreuses sont les visites culturelles à prévoir : villes, musées, sites naturels et plantations pour l'essentiel. Enfin, et vous aurez compris que c'est l'objet de cet article, il y a la découverte de toutes les spécialités locales!

D'un point de vue gastronomique, c'est probablement la première fois que nous étions autant en immersion! Nous avons mangé dans quelques restaurants mais aussi beaucoup préparé de recettes créoles avec le plein de produits locaux grâce aux emplettes que nous faisions régulièrement et à une maison bien équipée. La nuit qui tombe très tôt a également l'avantage de laisser beaucoup de temps en fin d'après-midi pour cuisiner, et pour nous, c'est aussi ça le plaisir des vacances.
Entre recettes créoles, adresses et bons plans gourmands, je vous emmène découvrir en images et saveurs les charmes gastronomiques de l'île auxquels nous avons cédé avec grand plaisir!

Marchands ambulants, stands et retour de pêche

Nous avons d'abord été séduits par la possibilité d'acheter des produits et de manger un peu partout sur le pouce grâce à des stands en extérieur et des marchands ambulants. Sur les plages, dans les rues ou sur le bord des routes, il y a toujours de bons produits, de belles couleurs et des odeurs qui font faire demi-tour et craquer pour quelque accras ou poulet boucané.
Les accras et boudins achetés dans la rue
Incontestablement, l'accras est la spécialité la plus connue des Antilles. Ce sont des beignets salés, plus ou moins relevés, le plus souvent à la morue ou à la crevette, et servis chauds. Nous avons mangé quasiment tous les accras qu'il était possible de goûter : sur les marchés, dans la rue, au restaurant et même faits maisons. Indéniablement, les meilleurs que nous ayons dégustés sont ceux achetés dans le rue! Faits en direct, peu chers, ils ont accompagné la plupart de nos apéros!
Notre point de chute se situant du côté de Sainte-Anne, c'est là que nous nous sommes ravitaillés régulièrement. Ils étaient très bons chez Marie-Claire, qui s'installe quotidiennement devant la gare routière de Sainte-Anne, mais aussi chez Lamartine, un bar-restaurant avec une sorte de comptoir sur la rue, spécialement pour les accras, où ils sont un peu plus relevés.

Et puis il y a aussi les boudins antillais qui sont de petits boudins noirs plus ou moins épicés, cuits dans l'eau bouillante. Cela fait longtemps que nous en mangeons chez nous mais toujours grillés au barbecue. Je ne dirais pas que c'est meilleur bouilli mais plutôt que cela change et que c'est tout aussi bon.

Les poissons achetés au retour de pêche

Retour de pêche à anse Dufour
Aussi étonnant que cela puisse paraître, il n'est pas si évident de trouver du poisson frais en Martinique, en particulier dans les supermarchés. Curieux, lorsque la mer est partout présente. L'astuce, c'est de se trouver au bon endroit au moment du retour de pêche, c'est-à-dire dans les petits ports ou sur certaines plages pour pouvoir acheter le poisson en direct auprès des pêcheurs partis pour la journée avec leur bateau.
Retour de pêche au Vauclin et à Cap Chevalier
Au retour de la pêche, sous le soleil couchant, c'est alors un véritable petit marché qui est improvisé sous les carbets. Balances et machettes se déploient sur les étals, la criée peut commencer. Au gré de la météo et de la pêche, le choix est plus ou moins grand et les pêcheurs nombreux. Thons, espadons, marlins, dorades ou vivaneaux fraichement pêchés nous ont permis de nous lancer dans plusieurs plats typiques : tranches de thon et poissons entiers grillés au barbecue, tartares, chiquetailles de morue (où le poisson est "déchiqueté" et assaisonné avant d'être mangé froid) ou encore blaffs (poisson mariné et cuit dans un court-bouillon fait à partir d'herbes, épices locales et piment pays).
Pensez à flâner du côté des ports et plages vers 17h, vous ne serez pas déçus, ni par la qualité ni par le prix!

Le poulet grillé ou boucané
Le long de la route et sur les plages le week-end, nous avons souvent croisés de grands barbecues fumants exhalant de bonnes odeurs de grillades : poulet boucané ou simplement grillé, pilons et ribs composent l'essentiel de la carte. Accompagnées d'un peu de riz ou de gratin de christophines, ces grillades nous ont régalés pour nos pique-nique de plage.
Le poulet boucané est un poulet mariné quelques heures avant d'être grillé à l'étuvée au barbecue, ce qui le rend fondant, bien savoureux et avec un bon goût de fumet!

Les glaces sur la plage
Sur les plages les plus fréquentées, il n'est pas rare d'entendre une petite clochette qui annonce l'arrivée d'un vendeur de glaces tirant un chariot souvent très rustique : dans une brouette est posée une glacière, ou un seau, remplie de glaçons pour garder bien au frais les quelques glaces maison du jour : peu de parfums au choix - ils changent quotidiennement - mais toujours de choix! Goyave, cacahuète, coco, passion, banane, etc. pour quelques euros... quoi de mieux par une telle chaleur?
Glaces à anse Michel (Délice des Caps) et aux Salines

Nos recettes créoles improvisées

A chaque repas, nous avons tenu à tester de nouvelles recettes : banane plantain au barbecue, poisson grillé et sa sauce chien, accras de morue, chiquetaille, colombo de poulet, poulet boucané, guacamole, gâteau à l'ananas, etc. Côté produits locaux, oignons et piments pays, bananes, poissons, christophine, gombo, épices (bois d'indes, graines à roussir, etc.), bref, tous les produits "pays" étaient à l'honneur dans chacune de nos assiettes.

Étals de marché à Fort-de-France : bananes, piments pays, cocos fraîches, bois d'inde, etc.
Ci-dessous, quelques unes des recettes que nous avons improvisées.

Bananes plantains au barbecue
Les bananes plantains sont très proches des bananes jaunes que nous consommons en dessert si ce n'est que les extrémités sont légèrement allongées. En les préparant au barbecue, elles sont le pendant exotique des pommes de terre cuites dans la braise et accompagnent à merveille poissons et viandes grillées. Pour parfaire l'assiette créole, il ne manquera qu'un peu de riz ou lentilles, et quelques crudités.

Laisser la peau des bananes et les laver. Faire une entaille dans toute la longueur du fruit en enfonçant le couteau au moins à la moitié de sa largeur. Ajouter sel et épices dans cette large entaille.
Emballer chaque banane dans du papier d'aluminium et les placer directement dans les braises du barbecue pour une vingtaine de minutes.

Poulet aux graines à roussir et sauce tomate
Parmi les épices et mélanges que nous avons découverts, nous avons adoré les graines à roussir qui se composent de cumin, fenugrec et moutarde. Ce mélange est à utiliser en début de recette en faisant cuire les graines à sec pour libérer tous leurs arômes. Ce sont les épices utilisées par exemple pour le colombo de poulet.

Faire revenir à sec dans une poêle les graines à roussir. Ajouter de l'huile d'olive et faire revenir des oignons pays, de l'ail et du piment pays. Faire dorer les morceaux de poulet (cuisses, pilons, etc.) dans la poêle. Ajouter des tomates entières pelées (en conserve). Saler, poivrer, sucrer légèrement et laisser mijoter une heure. Servir avec du riz.

Steak de thon au barbecue et sauce chien
Notre barbecue n'a cessé de flamber pour faire griller de grosses tranches de thon, marlin ou espadon. Il faut dire que leur prix au retour de pêche est très accessible et c'est un délice!


Enduire de belles tranches assez épaisses d'huile d'olive et les saisir sur la grille du barbecue en prenant garde qu'elles ne cuisent pas trop : le cœur doit rester "saignant". Pour accompagner ce poisson, la sauce chien, qui accommode presque tous les plats créoles, est idéale. Je n'ai pas de recette particulière à vous donner, nous avons beaucoup joué l'impro en mélangeant ces ingrédients: ail, oignon pays, piments pays, persil, citron, et huile d'olive. Pour la recette traditionnelle, il conviendra d'ajouter un peu d'eau chaude à la fin et d'émulsionner le tout.

Quelques adresses

Les balaous d'Anses-d'Arlet
La ville des Anses-d'Arlet est un des nombreux petits paradis de la Martinique pour pratiquer le snorkelling (la plongée en palmes, masque et tuba). Tout son intérêt réside dans la variété des poissons à observer, la facilité d'accès pour tous aux rochers peuplés de poissons et coraux, mais aussi parce qu'on y a rencontré certaines espèces plus rares ailleurs, en particulier des seiches, des serpentines, des poissons trompettes ou encore des balaous.
Vous ne connaissez pas les balaous? Ce sont des petits poissons d'un dizaine de centimètres, facilement reconnaissables d'entre tous car une épine a poussé au bout de leur nez : de mini-espadons en quelques sortes! Mais le plus rigolo c'est qu'ils aiment nager à la surface de l'eau, si bien que c'est très amusant de se retrouver nez à nez avec eux à barboter dans les mêmes latitudes. Leur reflet changent constamment du bleu, vert, jaune au violet selon leur orientation face à la lumière. Abondants dans les eaux des Anses-d'Arlet, ils sont une spécialité dans les restaurants de la ville et des environs.

Anses-d'Arlet et ses balaous

Snack Le Balaou
Plage des Anses-d'Arlet
Plusieurs snacks s'alignent sur la plage pour manger les pieds dans le sable. Au Balaou, nous avons été ravis de nos assiettes. Accras, boudins et balaous grillés ou frits étaient très bons.

Un restaurant de plage à l'ombre des palmiers à anse Michel
Nous avons eu un coup de cœur pour la plage d'anse Michel, située dans le sud de la Martinique, côté atlantique. Précédée d'une belle palmeraie où se mettre à l'ombre, elle est accessible par un ponton qui traverse la mangrove. Le lieu est assez venté mais la mer reste assez calme car protégée par une barrière de corail. Les fonds sont couverts de tapis d'oursins et l'eau est magnifique : des bandes de tous les bleus s'alternent à la surface.

Les palmiers d'anse Michel

Le Cocotier
Snack-restaurant de plage très sympathique dans un cadre top: sous la palmeraie d'anse Michel! A la carte : des cocktails et de belles assiettes d'accras, salades, mais aussi poissons et viandes cuisinés selon des recettes locales.


Du poisson frais et grillé au Coin des Grillades, à Sainte-Anne
Si vous cherchez une adresse pour manger du bon poisson à Sainte-Anne, je vous conseille sans hésiter Le Coin des Grillades. Ce restaurant est sans prétention, avec une grande terrasse et le poisson y est frais, simplement mais bien cuisiné. Vous y rencontrerez l'inénarrable Myrta qui s'agite de table en table à la terrasse, tandis qu'Alfred, son mari, campe le barbecue pour s'assurer que le feu tienne le temps de la soirée. Au menu, des poissons grillés de la pêche du jour, des lambis (les énormes coquillages), d'énormes crevettes, des boudins noirs et des accras.

Le Coin des Grillades
Place du Marché, route de Caritan
97 227 Sainte-Anne


Et le rhum dans tout ça?


Il faut bien l'avouer, le rhum a un peu rythmé notre séjour mais pas seulement dans notre verre!
De nombreuses plantations peuvent être visitées. C'est le cas notamment de l'habitation Clément au François. Même si la visite se conclut par une dégustation des rhums de la maison, c'est avant tout pour le magnifique domaine qu'il faut venir ici. Une maison traditionnelle grandiose est entourée d'un jardin immense et splendide. Ce fut également l'occasion de parcourir la distillerie et de comprendre les différentes étapes de fabrication de cette délicieuse gnôle locale.
Plantation Trois Rivières (à gauche); plantation La Favorite (à droite)

Mais revenons à ce qui vous intéresse tous : le rhum dans le verre ! Tout amateur sera comblé par la profusion et la qualité de l'offre, d'autant plus que les prix sont nettement inférieurs à ce que l'on peut trouver en métropole.
Vous trouverez de quoi ravir vos papilles dans n'importe quel supermarché du coin: du rhum blanc mais aussi des rhums vieux comme ce délicieux J.M multimillesimes. Enfin, nous avons également fait un tour du côté de La Favorite, distillerie située entre Fort-de-France et le Lamentin. C'est l'une des distilleries les plus anciennes de la Martinique. Le rhum blanc est à conseiller. L'entrée de gamme en rhum vieux est déjà très agréable et à tester absolument en ti punch. Mais on vient aussi à La Favorite pour sa fameuse cuvée Flibuste. Un plaisir certes un peu onéreux (un peu moins de 100€ sur place) mais quel plaisir !
Petite Anse; la savane des Pétrifications; embarcadère de l'îlet Madame; Sainte-Anne

Pour préparer son séjour ou en apprendre davantage sur la Martinique (en plus de l’indétrônable Routard), je vous conseille :
- jm.surtour, un site répertoriant une très grande partie de la faune et de la flore martiniquaise : super pratique au retour des balades et des sessions de masque-tuba pour reconnaître les poissons aperçus 
- le blog de Ti'piment : Marjorie, expatriée en Martinique donne des conseils de visites, balades, plongées
- le site Portail touristique de la Martinique avec quelques belles randonnées bien décrites

Pour un peu plus de photos, c'est par ici. Et dès la semaine prochaine, je vous parle d'un produit très sympa que nous avons ramené : la farine de banane!

mercredi 30 décembre 2015

Bundt cake orange-chocolat

Si vous cherchez encore une idée de dessert pour le réveillon du 31, arrêtez tout! Ce cake à l'orange, très moelleux, imbibé de sirop, surmonté d'un glaçage au chocolat et de zestes confits conviendra parfaitement! L'association du chocolat et de l'orange a un vrai goût de fêtes de fin d'année, et l'utilisation d'un moule de type bundt cake, avec une jolie déco, sublime en un clin d’œil un gâteau.

Ingrédients (pour 6 à 8 personnes)*

pour le gâteau
  • 150 g de beurre + 20 g pour le moule
  • 220 g de sucre en poudre
  • 4 oeufs
  • 150 g de farine
  • 1/2 sachet de levure
  • 100 g de poudre d'amande
  • le zeste d'une orange non traitée
pour le sirop
  • 220 g de sucre en poudre
  • 4 oranges non traitées (pour obtenir 25 cl de jus et récupérer le zeste)
pour le glaçage au chocolat
  • 150 g de chocolat
  • 75 g de beurre


Préparation du sirop
Commencer par le sirop.
Lavez et sécher les oranges. Prélever leur zeste à l'aide d'un économe en évitant de prendre le ziste qui est la partie blanche et amère située entre le zeste et la pulpe. Couper le zeste en fines lamelles.
Dans une casserole, placer le sucre, le jus et le zeste des oranges. Faire chauffer à feu doux pendant une petite heure. Arrêter la cuisson lorsque les zestes sont translucides et confits, le sirop épais. Si le gâteau n'est pas prêt, faire réchauffer le sirop juste avant d'en imbiber le gâteau.

Préparation du gâteau
Préchauffer le four à 160°C.
Faire fondre le beurre à feu doux et réserver.
Battre pendant 5 min les œufs et le sucre jusqu'à blanchiment et jusqu'à ce que la pâte triple de volume. Ajouter la farine et la levure tamisées, puis mélanger.
Ajouter le beurre, la poudre d'amande et le zeste de l'orange finement râpé. Mélanger. Verser la pâte dans un moule généreusement beurré. J'ai utilisé ici un moule à kouglof mais tout moule rond avec un trou au milieu, comme les moules à savarin, permettra d'obtenir ce type de résultat qu'on appelle bundt cake.
Cuire pendant 45 à 50 min.

Punchage du gâteau
Démouler le gâteau dès la sortie du four et le placer sur une grille, au-dessus d'un plat, pour que l'excédent de sirop et de glaçage puisse couler. Commencer le punchage (imbibage) avec le sirop qui doit être chaud. Ne pas le verser tout d'un coup mais prendre le temps d'imbiber tout le gâteau en utilisant un pinceau. Ainsi, le sirop est appliqué avec amour et douceur sur toute la surface du gâteau pour être absorbé plus régulièrement! Il est important que gâteau et sirop soient chauds.

Glaçage du gâteau
Faire fondre au bain-marie le beurre et le chocolat. Bien mélanger et homogénéiser. Le chocolat doit être suffisamment liquide et coulant pour être utilisé. De plus, il refroidit et durcit vite, il ne faut donc pas traîner une fois qu'il est retiré du bain-marie.
D'un geste sûr et rapide, le faire couler sur la surface du gâteau et le faire dégouliner tranquillement sur les côtés. Ne pas en mettre trop si vous souhaitez laisser apparaître des coulures.
Attendre quelques minutes que le chocolat se fige pour déposer les zestes d'orange : si le chocolat est encore trop liquide les zestes vont glisser, s'il est trop froid et complètement durci, les zestes ne tiendront pas bien.

Il me restait un peu de sirop et de zestes d'orange que j'ai déposés dans chaque assiette sur la part de gâteau.

Si l'idée de ne servir qu'une tranche de cake pour un dessert de fête ne vous suffit pas, accompagnez-la d'une salade d'agrumes.




* À quelques détails près, la recette est tirée du Saveurs Desserts 2015 ("gâteau aux agrumes"). J'ai supprimé la vanille, ajouté le chocolat et modifié la réalisation du sirop car la recette du magazine ne donnait pas les bonnes indications. Merci Tata Frangipane pour les astuces sirop et de nous l'avoir fait goûter, impossible d'y résister, il était si beau si bon!!!


vendredi 25 décembre 2015

Tampons à encrer de Noël

Comme promis, les tampons encreurs reviennent par ici. En voici une petite flopée préparée pour Noël et dont l'idée vous servira désormais...pour l'année prochaine!
Ma collection s'étoffe petit à petit au gré des saisons et des occasions. Pour Noël, les paquets de cadeaux ont donc eu droit à des sapins, étoiles, sucres d'orge, têtes d'ours et de cerf. Mais mes tampons servent aussi à décorer de jolies cartes, marque-place, carnets et tutti quanti.

Toujours la même méthode : un stylet scalpel, des gommes pas chères du tout trouvées chez les Sœurs Grene et ensuite il ne reste qu'à choisir de jolis motifs simples à reproduire sur une gomme c'est-à-dire qui peuvent s'adapter à un espace plutôt étroit et dont la découpe ne doit pas être trop délicate. Pour le dessin, Pinterest est foisonnant d'idées, en tapant quelques mots clés on trouve très vite des motifs inspirants et simples à adapter ou reproduire.











Très joyeux Noël

à tous!



mercredi 23 décembre 2015

Sapin feuilleté au comté

Grâce à un mélange de cuisine et de bricole, voici un peu de fantaisie pour l'apéritif de Noël avec le sapin feuilleté au comté. Cette recette et ses variantes sont devenues incontournables sur Internet qui prend des airs de forêt. L'idée est rigolote, facile à mettre en œuvre, et le résultat en jette. A mon tour, je sème mon sapin et son pas-à-pas!



Ingrédients (pour un sapin de 40 cm de haut et une trentaine de chutes)
  • 2 pâtes feuilletées
  • quelques CS de crème fraiche
  • du sel
  • du poivre
  • 200 g de comté râpé
  • un jaune d’œuf ou quelques CS de lait



1. Dérouler une première pâte feuilletée. Étaler de la crème fraîche dessus.
2. Couvrir de fromage râpé. Saler, poivrer.
3. Dérouler la deuxième pâte feuilletée. L'enduire également d'un peu de crème fraîche et recouvrir la première pâte avec celle-ci, face crémée vers l'intérieur. Placer au réfrigérateur pour faire refroidir et durcir les pâtes si elles ont trop ramolli.
4. Commencer la découpe du sapin en formant un triangle au-dessus avec un tronc à la base. Dans le triangle, couper horizontalement des lignes en laissant quelques centimètres au centre pour former les branches qui partiront du tronc du sapin. Replacer le sapin au frigo quelques minutes pour former plus facilement les torsades avec une pâte ferme.
5. Tourner chaque branche sur elle-même en torsade. Badigeonner la surface de jaune d’œuf ou de lait à l'aide d'un pinceau.
6. Enfourner une vingtaine de minutes à 180 °C. Il faut que le sapin prenne une jolie couleur dorée. Laisser un peu refroidir et déguster.

Ne laissez pas les chutes se perdre, découpez-les en bandes et torsadez-les également.

lundi 12 octobre 2015

São Miguel aux Açores : carte postale gourmande

Cet été nous sommes partis à la découverte de l'archipel des Açores.
Neuf îles perdues en plein milieu de l'océan Atlantique, cela fait un drôle d'effet quand on y pense. Contrairement à l'imaginaire commun, pas de plages paradisiaques, pas de palmiers, ni de grosses chaleurs. Plutôt un climat tempéré pour ne pas dire trempé, aussi arrosé qu'en Normandie, pour des paysages mi-vallonnés, mi-exotiques et surtout très verts.
Sur chaque île, des climats, des ambiances et des paysages différents. Pour ce premier voyage là-bas, l'île de São Miguel a été un bel avant goût de ce qu'il reste de fantastique, dépaysant et isolé à découvrir dans le reste de l'archipel.
Entre campagne et mer, vous allez voir, on y a trouvé bien plus que des ananas!

Sete Cidades et le Lagoa Azul















Si São Miguel est couverte de prairies, la mer n'est jamais loin. Au milieu de tout ce vert, le long de cette immensité bleue, des petits villages blancs et noirs ponctuent le paysage. Mais São Miguel, ce sont également de nombreux lacs, de magnifiques jardins - peut-être les plus luxuriants jamais visités-, et l'omniprésence des baleines, celles qu'on peut apercevoir encore aujourd’hui mais aussi celles évoquées par le triste souvenir de la chasse. A cela s'ajoute les baignades, toujours insolites, côté terre avec les sources d'eau chaude et côté mer dans les nombreuses piscines naturelles.

Mais se rassasier de paysages est une chose, y ajouter une gastronomie tournée vers la mer et particulièrement locavore a rendu le voyage encore un peu plus riche!
Petit tour d'horizon en quelques adresses et images.



Louvre Michaelense

Cette "épicerie-salon de thé- droguerie" a été notre coup de cœur à Ponta Delgada, la capitale de São Miguel.
Le cadre, qui a conservé les vitrines et le comptoir de l'ancienne apothicairerie, est superbe. Franchir le pas de la porte est comme ouvrir une malle au trésor! Il y a des jolies choses partout, des recoins, des vitrines à ouvrir, des tiroirs à explorer et à chaque fois une nouvelle merveille à découvrir : de bons produits mais aussi de très jolis objets aux motifs de baleines, sardines, azulejos, etc. Les biscuits et gâteaux sont délicieux, la sélection de fromage très très bonne, les boîtes de conserve aussi jolies que de qualité. Ah! Et le gâteau au chocolat! Je vous mets au défi d'y résister lorsqu'il est en train de cuire dans l'arrière-boutique! Cerise sur le gâteau, le tout est à prix très doux!

Louvre Michaelense
8 da Rua José
António d'Almeida
Ponta Delgada
São Miguel


























Tasca

Tasca est une institution à Ponta Delgada. L'adresse est très fréquentée des locaux et sous ses airs de taverne, la grande salle est souvent comble. On trouve toutes les spécialités de la cuisine locale et plus particulièrement des produits de la mer grâce à la pêche du jour : poissons et crustacés pour lesquels on choisit la cuisson.
Comme dans tous les restaurants des Açores, on commence par un fromage frais, sorte de mise en bouche posée systématique sur la table, qui alterne selon les adresses avec un fromage à pâte dure. Nous avons ensuite choisi quelques limpets à la plancha (ce sont nos chapeaux chinois bretons!), du thon snacké et du poulpe en ragoût. Et pour finir en beauté, la tuerie locale : un gâteau à l'ananas, très proche de la version de notre enfance!
Et pour ne rien gâcher, l'accueil est super chez Tasca.

Tasca
Rua do Aljube, 16
Ponta Delgada
São Miguel



Cantinho do Cais

Cantinho a été le rayon de soleil d'une journée où il n'en finissait pas de pleuvoir. Ici, c'est zéro chichi et on signe pour un repas complet, très roboratif et peu cher. On ne vous demandera votre avis que pour le plat principal : quel poisson et comment? Pour le reste, il faut se laisser guider sans trop se poser de question, et savourer. Au menu : bouillon de vermicelles, poisson frit et surtout une délicieuse soupe de poisson aux légumes et pain qui nous a réchauffé le cœur et émoustillé le palais.

Cantinho do Cais
Rua do Ramal
Sao Bras, Porto Formoso
São Miguel



Pour parfaire le tour de toutes les bonnes choses que nous avons goûtés, voici la suite en images!
Poulpe rôti; sardines frites; Ribeira dos Caldeirões

Les produits de la mer sont évidemment mis à l'honneur un peu partout : le poulpe se mange avant tout rôti en ragout, les poissons sont souvent frits ou à la plancha (thon snacké, sardines grillées, etc.), sans oublier les délicieuses boîtes de conserve.

Falaises de Mosteiros; bolos levedos et fromage de San Jorge; pique-nique-barbecue en préparation

Nous avons goûté également à la coutume des barbecues en plein-air dans les magnifiques espaces aménagés à cet effet aux quatre coins de l'île : eau courante, barbecue en dur, hortensias et souvent la proximité d'un miradour, autant dire un cadre très commode et agréable pour faire griller boudin et maïs locaux. Les bolos levedos et le fromage de San Jorge ont accompagné chacun de nos pique-nique, inlassablement. Mmmh les bolos, quelle découverte! Ils ont des allures de muffins anglais mais sont en fait plus dodus, plus gourmands et un peu sucrés. Avec le fromage, c'est une merveille, grillé au petit déjeuner, c'est un bonheur!

Queijadas de Vila Franca; Vila Franca do Campo; cozido d'O Miroma

Outre les gâteaux à l'ananas, il n'y a guère que les queijadas da villa qui sont à la carte de chaque restaurant côté dessert. Cette spécialité de Vila Franca do Campo a la forme d'un gâteau rond, est couvert de sucre glace et fourré d'une préparation assez sucrée à base d'œufs et de fromage. Enfin, du côté des caldeiras comme à Furnas, on mange le cozido, cuit naturellement dans le sol dans les caldeiras bouillantes des environs : c'est une sorte de pot-au-feu cuit à l'étuvée avec plein de viandes différentes, du boudin et des légumes (chou, carotte, navet, patates douces, igname, etc.).
Parc de Terra Nostra; rochers de Mosteiros; plantation de thé "Cha Formoso"
Pour la suite de la visite de São Miguel, c'est par ici.

mardi 1 septembre 2015

Les ananas : des Açores aux tampons

Il paraît que c'est la rentrée : cartable, école, travail et fin des vacances. Tout cela étant bien loin pour nous, je préfère détourner les fournitures, rêver aux dernières ou prochaines escapades et penser qu'il y a encore un petit bout d'été qui nous sera réservé.
Je vous présente donc le dernier de mes bricolages, plein de soleil : un tampon fait maison à partir d'une gomme. Pour premier motif, j'ai choisi un ananas car il a accompagné nos récentes destinations dans les îles, à commencer par les Açores où il y en a partout.
Ces tampons sont faciles à réaliser et leur effet est assuré : pour customiser un papier cadeau, agrémenter des cartes postales ou décorer des carnets de voyage. Autant dire que c'est le début d'une nouvelle collection-passion avec nombre de déclinaisons en perspective.

Méthode puis récré au milieu des plantations d'ananas!





















Matériel nécessaire :
  • une gomme neuve
  • une gouge, un scalpel ou un cutter
  • un crayon de papier
  • de l'encre (encreur pour tampon, feutre Posca, etc.)


La technique n'est pas nouvelle : il suffit de prendre une gomme classique et de creuser autour d'un motif choisi pour le laisser en relief. Avant d'attaquer quoi que ce soit sur la gomme qui sert de support au tampon, je vous conseille de bien choisir votre motif et de le dessiner au préalable sur un brouillon. J'ai donc griffonné trois/quatre ananas sur un carnet, avant de choisir la forme de ses tiges et s'il serait plutôt dodu ou non. Je l'ai dessiné une dernière fois au crayon de papier sur la gomme qui servira de tampon.



Une fois le motif sur la gomme, il faut soigneusement évider tout ce qui correspond à des traits et dégager tout l'extérieur du dessin. Mieux vaut s'équiper d'un stylet scalpel, bien plus précis qu'un cutter qui m'a valu quelques loupés et un ananas creux sur le côté :/ Je ne me suis pas embêtée, j'ai laissé les traces de crayon de papier s'il en restait, j'ai juste pris soin de bien nettoyer toutes les particules de gommes qui pouvaient rester coincées, en utilisant un cure-dent.

Le verdict se fait au moment de la première mise en couleur du tampon. Selon la taille du motif et le nombre de couleurs que vous souhaitez obtenir, il vaudra mieux utiliser un gros encreur (plus rapide mais qui encre tout d'un coup) ou des feutres types Posca plus ou moins épais (c'est plus long mais on peut mixer les couleurs pour un même tamponnage).



Balade entre les ananas des Açores
Loin de ressembler aux tropiques avec des plages de cocotiers, et sous ses airs de Bretagne ou d'Irlande, les Açores n'en sont pas moins exotiques. Fougères arborescentes, palmiers, bananiers mais aussi ananas alternent avec les hortensias, agapanthes et immenses prairies vertes. Petite balade parmi les ananas des Açores pour vous inspirer de jolis motifs !

Serres de la plantation Augusto Arruda à Faja de Baixo, Sao Miguel

Sur le marché de Ponta Delagada, Sao Miguel

lundi 24 août 2015

Petits poivrons farcis au riz, chorizo, légumes et feta

C'est la saison des farcis!

Pas de recette figée pour nous mais des variations au gré du marché et de ce que nous inspire le contenu de notre cuisine. Pour la farce, on opte souvent pour une base avec du riz, cuit façon risotto, et des légumes. Mais une chose est sure, on aime bien utiliser les petits poivrons verts de Marco, petits, biscornus et au goût légèrement amer.



Ingrédients (pour 4 personnes)
  • 10 petits poivrons verts
  • 1 verre de riz
  • 2 petits oignons
  • 1 petite courgette
  • 1/2 chorizo
  • 100 g de feta
  • 30 cl de bouillon de légumes (l'utiliser chaud)
  • 1 verre de vin blanc
  • de huile d'olive
  • sel, poivre

Préchauffer le four à 190°C.
 
Préparer le chorizo et les légumes
Faire revenir 1 oignon émincé dans un filet d'huile d'olive. Ajouter le chorizo coupé en petits dés. Cuire 2 à 3 minutes. Ajouter 2 poivrons émincés et les courgettes en très petits dés (aubergines ou tomates font aussi l'affaire). Faire cuire 5 minutes maximum. Saler. Arrêter la cuisson quand les légumes sont encore un peu croquants. Débarrasser les légumes et e chorizo de la poêle.

Préparer le riz
Toujours dans la même poêle, faire revenir le deuxième oignon dans un peu d'huile d'olive. Ajouter le riz et mélanger jusqu'à ce qu'il devienne translucide. Verser le verre de vin et saler. Mélanger constamment. Lorsque le vin est évaporé, ajouter une petite louche de bouillon. Dès qu'elle est évaporée, en ajouter une autre jusqu'à garder une cuisson al dente du riz, qui doit rester un peu croquant sous la dent. En 15 minutes maximum, votre riz doit être cuit.
Ajouter le chorizo et les légumes dans le riz.

Garnir et cuire les poivrons
Laver et couper les poivrons en deux dans le sens de la longueur. Enlever les pépins et garnir généreusement chaque moitié de poivron du mélange à base de riz.
Couper quelques dés de feta et les ajouter sur le dessus des poivrons.
Faire cuire pendant 30-40 min le temps que les poivrons soient cuits et le dessus des farcis tout doré.

J'adore quand une partie des petits grains de riz croustille sous la dent :)