mardi 11 novembre 2008

Du coing 3 en 1 : pâte, confiture et gelée

Juste trois recettes ultra fastoches et incontournables pour cuisiner ce fruit délicieux mais étonnamment pas si courant! Le coing est en effet peu présent dans nos assiettes, sans doute en raison de son goût un peu particulier, de sa courte période de récolte qui le rend rare sur les étals et du fait qu'il n'est pas si facile que ça à cuisiner. Mais particulièrement en pâte de fruit, son parfum si automnal est un vrai régal!

Et généreuse comme je suis, voilà pas moins de 3 recettes d'un coup... bon, je vous l'accorde, rien de bien exceptionnel puisqu'avec les mêmes coings on peut cuisiner tout ça : le jus de cuisson permet d'obtenir la gelée tandis que la pulpe est utilisée pour la pâte de coing et la confiture (bref, un peu comme n'importe quel fruit finalement!)


























Ingrédients :
  • coings
  • sucre cristallisé
  • eau

Nettoyer, peler, épépiner et couper en dés les coings. Réserver les épluchures et les pépins pour les mettre dans une gaze. Placer cette gaze et les dés de coing dans une casserole. Recouvrir d’eau. Faire chauffer ce mélange jusqu’à ce que les dés de coing soient tendres lorsque qu'un couteau est piqué dedans. Dès lors qu’ils sont suffisamment cuits, verser le contenu de la casserole dans une passoire au dessus d’un saladier et bien laisser égoutter. Retirer la gaze.

Réserver toute l’eau ainsi récupérée pour faire la gelée.
La pulpe de coing permet d'obtenir la confiture et la pâte de coing.


Pâte et confiture de coing

La pâte de coing et la confiture s'obtiennent quasiment de la même façon, la principale différence étant le temps de cuisson. Généralement, vous choisirez de faire soit de la confiture soit de la pâte, mais si vous préparez des coings en grande quantité, n'hésitez pas à faire les 2 en même temps en interrompant la cuisson d'une partie de la préparation plus tôt!

Mettre dans une casserole la pulpe de coing et le même poids en sucre. Faire chauffer la préparation à ébullition : peu à peu le mélange devient de plus en plus orangé et épais. Remuer sans cesse pour éviter que le fond attache.

Pour obtenir de la confiture, interrompre la cuisson au bout de 5 min et verser dans des pots. La couleur de la confiture reste plutôt jaune.

Pour la pâte, poursuivre la cuisson pendant une bonne demi-heure : peu à peu la préparation devient de plus en plus orangée et s'épaissit. Verser cette pâte dans un plat à bords hauts et tapissé de papier sulfurisé. Eviter d'avoir une couche trop épaisse de pâte au risque qu'elle sèche mal (seulement 2 à 3 cm). Laisser prendre pendant une nuit au minimum. Le lendemain, retourner le papier sulfurisé sur un autre afin de bien faire sécher l’autre côté de la pâte de coing dans le cas où elle paraîtrait encore humide.
Pour détailler la pâte de coing, utiliser un couteau régulièrement trempé dans de l’eau chaude pour éviter qu’il ne colle à la pâte et n’abîme sa texture. Faire des rectangles, carrés ou autre que vous tremperez ou non dans du sucre cristallisé, c’est selon les goûts.
Pour une bonne conservation et éviter que les pâtes de coing ne durcissent et ne sèchent trop, les mettre dans une boîte hermétique.

Gelée de coing

Dans une casserole verser le jus obtenu lors de la première cuisson des coings et le même poids en sucre. Faire chauffer une bonne demi-heure à ébullition jusqu’à ce que la gelée épaississe et qu'elle se fige lorsque vous en déposez quelques gouttes dans une assiette froide. Verser dans des pots.


A titre indicatif :
avec 1kg de fruits (4 coings) non épluchés j'ai obtenu 700 g de dés de coing soit un pot de gelée et un pot de confiture ou un pot de gelée et une cinquantaine de pâtes de coing


Au fait, avec l'œil gourmand et affuté que vous avez, je suis sûre que vous vous demandez bien où a pu passer la confiture sur la photo ... Et bien à vrai dire je n'ai même pas eu le temps de la mettre en pot, elle a directement servi pour autre chose. Mais je vous laisse patienter encore quelques jours avant de savoir à quoi elle a servi ... un petit indice? ... bon d'accord : c'est rond, mignon, délicieux et on peut s'amuser à loisir avec couleurs et parfums! Encore un autre indice? ... Ah oui, c'est vrai, je me targue d'annoncer en ce moment à tout le monde que ça y est je sais les faire!

8 commentaires:

Maxime a dit…

"c'est rond, mignon, délicieux".
Tu parles de boulettes de viande?

les chéchés a dit…

oh oui, j'ai hâte de voir tes boulettes de viande! de toutes les couleurs...
je me dis que ce serait chouette, avant noël, que j'y arrive aussi... donc je guette ton billet...

Marie a dit…

@maxime : je sais bien que c'est un de tes rêves les plus chers que je maîtrise enfin les boulettes de viande au citron, à la banane ou encore au coing mais malheureusement pour toi, tu n'es pas sur la bonne piste...

@les chéchés : décidément, il va y avoir des déçus... Mais c'est vrai que sur le sapin, avec une petite ficelle, les boulettes de viande, ça renouvellerait un peu la déco ;o)

catherine a dit…

Les grands esprits se rencontrent, ma maman a fait de la gelée et des pâtes de fruits aux coings il y a quelques semaines!

Mouchette a dit…

Oh oui les grands esprits se rencontrent, moi aussi j'"en suis " depuis peu :)
Miam les pâtes de fruits, j'aimerais bien y gouter.

Van a dit…

et c'est super bon à manger avec du fromage la pâte de coin, et même la confiture d'ailleurs...

Marie a dit…

@Catherine : Surtout, c'est un grand classique des mamans à l'automne! Mais la saison des coings est trop courte!!!

@Mouchette: ils sont d'ailleurs très jolis et appétissants les tiens! Merci pour ta visite!

@Van : oui apparement, mais je vais devoir te croire sur parole parce qu'elles n'ont pas eu une vie assez longue pour que je les teste avec du fromage!

Ribambins a dit…

ce site est un calvaire quand on se retient depuis 10 minutes de descendre chercher une tablette de chocolat....
ceci étant dit j'ai des coings qui m'attendent pour une gelée... je n'avais pas pensé à la pâte de coing.
merci!
ps: et merci pour les oursons ;-)